La coopération culturelle, scientifique et technique

La coopération culturelle, scientifique et technique

Résolument inscrites au service de la promotion de la diversité culturelle par le dialogue entre les cultures, les relations culturelles, scientifiques et techniques entre la France et le Koweït reposent sur un accord bilatéral (Paris 1969). Par leur qualité, leur diversité et leur vitalité, elles traduisent le souci partagé d’entretenir et de développer des relations équilibrées au profit des deux peuples.

Dans une relation de confiance et de partenariat étroit avec ses interlocuteurs koweitiens, le Service de coopération et d’action culturelle met en place une programmation qui vise en priorité les objectifs suivants :

• améliorer l’enseignement de notre langue
• valoriser l’attractivité de nos formations d’excellence dans des domaines diversifiés
• valoriser notre image dans les domaines scientifiques et technologiques de pointe
• intensifier nos relations avec la société civile
• promouvoir nos idées
• illustrer nos engagements en faveur de la diversité culturelle.

Ces objectifs sont essentiellement portés par l’Institut français du Koweït créé le 1er janvier 2012, devenu l’instrument privilégié de notre coopération.

Notre action pour la langue française et la diversité linguistique qui conditionne le développement de l’ensemble des composantes de notre coopération, s’inscrit dans la durée. La poursuite des efforts visant à l’amélioration de l’enseignement de notre langue est essentielle, dans le secteur public comme dans le privé. Tous les ans, de nombreux professeurs koweitiens bénéficient du soutien de l’ambassade et de son opérateur local, l’Institut français du Koweït. Si une part très importante de notre programmation est affectée à ce volet de notre coopération, le gouvernement koweitien y contribue de son côté en réservant tous les ans de nouvelles bourses pour ses futurs enseignants. Dans un contexte de renforcement de l’offre de français dans les systèmes éducatifs des pays du Golfe, toute notre action au Koweït vise à augmenter qualitativement et quantitativement l’enseignement de notre langue (introduction du français dès le collège).

Nous pouvons compter ici sur l’appui résolu du Département de français de la Faculté des lettres de l’Université du Koweït (licence), de la faculté de pédagogie (équivalent de l’IUT) de la Public Authority for Applied Education and Training (PAAET) et des cadres de l’Inspection de français du Ministère koweïtien de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur.

Les étudiants et chercheurs koweitiens sont encore trop peu nombreux à choisir notre pays. Dès lors, notre action vise en priorité à renforcer l’attractivité de nos formations supérieures dans des disciplines autres que linguistiques. Nos efforts en ce sens visent à promouvoir auprès des élites (juristes, médecins en particulier) notre système universitaire grâce aux partenariats entre établissements supérieurs des deux pays. Plusieurs conventions en vigueur donnent lieu à des échanges réguliers, dans le domaine du droit (Strasbourg 1, Nancy 2) et de la médecine (Hospices de Lyon, Université d’Auvergne). Dans un autre domaine, un accord a été signé le 8 juin 2007 entre l’Institut d’études politiques de Paris et la Kuwait Foundation for the Advancement of Science (KFAS) pour un programme quinquennal de coopération renouvelable. De même, dans celui de la gestion, un mémorandum entre la Kedge Business School, fusion de BEM et Euromed Management, et le College of Business Administration (CBA - Université du Koweït) constitue un des cadres d’échanges effectifs entre étudiants koweïtiens et français. Le CBA a également conclu un partenariat avec l’ESSEC (Paris), l’ESC Rennes, Audencia (Nantes) et la Paris Graduate School of Management (ESG Paris). Dans le domaine du pétrole, le College of Engineering & Petroleum (Université du Koweït) et Total entretiennent également une coopération très suivie. En médecine, un accord signé en décembre 2006 avec le Ministère de la Santé permet désormais à dix médecins koweitiens de partir chaque année se spécialiser en France.

Un accent tout particulier est mis à la promotion des formations supérieures dispensées dans notre pays mais aussi par nos établissements installés dans la région, souvent directement en anglais : Paris Sorbonne Abou Dhabi, l’Insead et ESMOD aux Emirats, ESA Gulf à Bahrein notamment.

Pour réaliser nos ambitions, nous nous appuyons fortement sur les instruments très efficaces que constituent les salons de la formation qui se tiennent au Koweït auxquels participent un nombre croissant d’universités et d’établissements français.

A leur retour, les anciens boursiers koweitiens en France font l’objet d’un suivi attentif. Dans un proche avenir, ils disposeront via l’Institut français du Koweït et Campus France d’un réseau social « alumni » (FAN – France Alumni Network).

Jusqu’il y a peu circonscrite à celle d’un créateur de produits de luxe, l’image de notre pays correspond mieux aujourd’hui à la réalité, celle de l’un des plus avancés pour les sciences et les hautes technologies. Notre ambition est de contribuer aussi efficacement que possible à la valorisation de nos avancées dans les spécialités les plus pointues. Pour y parvenir, parallèlement au soutien à la constitution de réseaux d’universitaires et de chercheurs, nous visons à renforcer les partenariats entre opérateurs dans les domaines scientifiques et technologiques d’importance stratégique (médecine, sciences dures, urbanisme, environnement) et à multiplier les manifestations pédagogiques à forte visibilité, qu’elles prennent la forme de colloques scientifiques ou d’expositions de vulgarisation.

L’image de notre pays, c’est aussi celle du pays le plus visité au monde. Aussi le service de coopération culturelle mène-t-il une action résolue au sein du poste en vue de la promotion touristique de notre territoire, dans toute sa diversité.

Au sein de la société civile, une place privilégiée est réservée à la mise en valeur de nos idées. Dans ce domaine, conférences, missions et invitations sont régulièrement organisées en partenariat avec les partenaires internationaux (PNUD), les relais d’opinion (bloggeurs) et le tissu associatif local impliqués dans la promotion des femmes, de la jeunesse et de la citoyenneté.

En matière d’assistance à la modernisation administrative, forte demande de nos partenaires koweïtiens, plusieurs protocoles d’accord, en particulier avec l’ENA et l’Ecole Nationale de la Magistrature, permettent de mettre en place nombre d’actions de formation au bénéfice des cadres de la Civil Service Commission (CSC).

L’archéologie est un domaine déjà ancien de notre coopération. Il fait l’objet de toutes nos attentions et de celles de nos partenaires. A l’été 2005, l’exposition du Musée des Beaux-Arts de Lyon est venue conclure vingt ans d’une coopération très riche entre équipes de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et de la Direction des Antiquités et des musées du Koweït. Forts des résultats obtenus au cours des deux décennies et de la qualité des relations nouées entre elles, une nouvelle phase de recherches a été lancée avec l’Institut français du Proche-Orient (IFPO) sur l’île de Faïlaka. Dans un domaine voisin, s’agissant d’art islamique, la tenue au Louvre à l’été 2006 de l’exposition de prestige de la collection Al-Sabah, Le Trésor du Monde, Joyaux indiens au temps des Grands Moghols a témoigné de de l’étroitesse de nos relations bilatérales et demeure dans toutes les mémoires.

Avec la ratification de la Convention mondiale sur la diversité culturelle, dans un contexte général de forte demande et de rajeunissement de la société koweitienne, la promotion de la diversité culturelle par le dialogue des cultures constitue le cadre intellectuel et philosophique de nos interventions. Nos actions en ce sens sont appréciées et encouragées. Une approche régionale est privilégiée, et un volet coopération accompagne le plus souvent possible les actions de simple diffusion. C’est le cas notamment pour notre coopération audiovisuelle, avec des actions de formation aux métiers du cinéma mises en œuvre par la FEMIS sur financement d’un exploitant local (CINESCAPE) et un partenariat de plusieurs années avec le festival du court-métrage de Clermont-Ferrand. Ces actions devraient se concrétiser par la réalisation en 2015 du premier documentaire franco-koweïtien mettant en valeur le patrimoine historique du Koweït (Faïlaka).

Dans ce même esprit d’ouverture et de dialogue entre les cultures, notre engagement résolu au service de la francophonie constitue un axe essentiel de notre action culturelle. Le succès grandissant du Lycée français de Koweït qui scolarisait 1.300 élèves (dont 15% de Koweïtiens) à la rentrée 2013, fournit une démonstration éloquente de la dynamique francophone et francophile à l’œuvre dans ce pays. Cet établissement d’excellence, étroitement associé à notre action de coopération, accueille régulièrement conférenciers et manifestations culturelles en partenariat avec l’Institut français du Koweït.

Dernière modification : 11/09/2014

Haut de page